Contrôle de Scaphoïdeus titanus, cicadelle vectrice de la flavescence dorée par l’emploi d’infra doses de sucres

Cicadelles de la Flavescence dorée

Marc CHOVELON

Les infra-doses de sucres peuvent-elles renforcer l’action d’un insecticide (pyrèthre) en zone de traitement obligatoire dans le but de diminuer le nombre de traitement et quel sucre, entre le saccharose et le fructose, permet de diminuer significativement le nombre de cicadelles présentes?
Les sucres internes sont considérés comme des molécules signal intervenant dans l’immunité innée de la plante. C’est un processus physiologique par lequel la plante se prépare à réagir plus rapidement et plus vigoureusement face à des stress biotiques ou abiotiques. Il peut être déclenché en réponse à un indicateur environnemental annonçant une forte probabilité de rencontrer un stress biotique et peut persister comme effet résiduel après une exposition initiale au stress. Outre l’amorçage des défenses systémiques de la plante, le sucre pourrait avoir un rôle de répulsif. Le comportement de l’insecte lui permet de sélectionner sa plante hôte, comme chez certains lépidoptères qui perçoivent les sucres solubles présents à la surface des feuilles par contact. L’application exogène de sucres sur les feuilles peut altérer le comportement du ravageur qui le porte ainsi à éviter la plante.

Nous avons installé un essai dans une parcelle d’un vigneron bio de Mazan (Vaucluse), situé hors zone de lutte obligatoire. Nous avons comparé des applications de fructose seul, de saccharose seul, d’un mélange de fructose et de saccharose seul, de ce même mélange associé à un traitement de référence (Pyrèthre naturel), du traitement de référence seul (Pyrèthre naturel) et d’un témoin ne recevant aucun de ces produits. Les traitements ont été réalisés à l’aide d’un atomiseur à dos, les applications de sucres devant être réalisées avant 9h (heure solaire). L’évaluation des populations de cicadelles ont été réalisés par comptage visuel sur la face inférieure des feuilles de vignes (3200 feuilles à chaque comptage). Nous sommes intervenus 3 fois pour réaliser les traitements et 4 fois pour réaliser des comptages d’insectes. En 2018, les niveau de populations de cicadelles ont été très bas et aucune différence statistique n’a pu être mis en évidence entre les modalités : Fructose + saccharose 100 ppm, fructose + saccharose 500 ppm, avec ou sans pyrèthre. Les conditions climatiques des mois de mai et juin ont largement perturbées les observations et comptages des larves sur feuille