Résultats 2018 : Lutte biologique sur tomate

25 Sep 2019

Améliorer la lutte biologique par conservation des habitats pour la gestion des aleurodes et de Tuta sur tomate

Dans des essais précédents, différentes plantes ont montré un intérêt comme plantes-hôtes des punaises prédatrices. Le souci (Calendula officinalis) se montre particulièrement favorable à Macrolophus pygmaeus, notamment comme plante refuge en hiver.

Le souci est en outre une espèce très rustique, dont les semences sont abordables et faciles à trouver.

Cet essai vise à évaluer si un transfert de Macrolophus sur la culture à protéger peut être réalisé grâce à des caisses de soucis ayant recueilli des Macrolophus à l’automne précédent et ayant servi de plante-relais pendant l’hiver. L’essai a permis de mettre en évidence la faisabilité technique de la réalisation de caisses de souci, servant alors de plantes-relais.

Les soucis ont bien servi de refuge à Macrolophus pendant l’hiver, et les populations de Nesidiocoris ont spontanément disparu. Le potentiel en Macrolophus début avril dans les caisses correspond environ à 17400 individus (145 plaques x 120 ind./plaque), soit une dépense économisée de l’ordre de 2500€ HT, si l’achat des Macrolophus avait été réalisé auprès d’un fournisseur d’auxiliaires.

L’installation de Macrolophus dans les abris s’est plutôt mieux passée dans la chapelle dans laquelle des touffes ont été coupées et dispersées dans les tomates. L’attaque importante d’acariens n’a malheureusement pas permis de mener l’essai jusqu’au bout. Il serait donc souhaitable de le renouveler l’année prochaine.

Caisse de plante-relais de souci
disposée dans la culture à protéger

Les résultats complets

Tags: , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Le Grab Nos Recherches Produire Bio L'Evaluation des produits Nos Formations