Évaluation de la sensibilité variétale du pêcher aux bioagresseurs

Neuf variétés de pêchers sélectionnées pour leur rusticité ont été plantées dans une verger commercial en hiver 2015/2016 afin d’évaluer leur sensibilité variétale dans un dispositif à très faibles niveaux d’intrants. Le verger se situe à Loriol (Drôme). En 2019, une protection phytosanitaire cloque (cuivre, hydroxyde de calcium) et puceron (huile) a été réalisé sur les arbres du dispositif. L’irrigation et la fertilisation ont été très limités. 7 arbres par variété ont été observés. Belle de Montélimar a un diamètre moyen de tronc moyen supérieur de 30% par rapport à la plus faible, Roussane de Rodez. Les différences de sensibilités variétales à la cloque observées en 2019 sont beaucoup moins marquées qu’en 2018 et 2017 car le niveau de dégât moyen est beaucoup plus faible (2 à 11% selon les variétés). Les variétés les plus sensibles sont les mêmes que les années passées : Orine et les trois variétés de pêches sanguines (Durieux, Ferlay, De Chanas). Le pourcentage de fruits moniliés varie entre 0 et 40%, Orine est la variété la plus sensible. Le poids moyen de récolte varie de 0.2 à 8.4 kg par arbre, les poids de récolte les plus élevés ont été observés sur les variétés Bénédicte, Belle de Montélimar et Belle de Croix Rouge.

Par Claude-Eric Parveaud (GRAB), Maxime Jacquot (GRAB),

Jean-Charles Moutet (stagiaire GRAB)