Production de tomate en agriculture biologique

Choix des variétés

Le choix du matériel végétal est l’objet de nombreuses interrogations de la part des maraîchers biologiques. Les essais variétaux du Grab, réalisés en station ou chez des producteurs, permettent de référencer le matériel végétal disponible en semences biologiques ou conventionnelles non traitées.

Variétés de tomate type « ancien » sous abri

Pour mieux connaître les caractéristiques des variétés de tomate de type ancien par rapport aux variétés “classiques”, le Grab a évalué sous abris (tunnel froid) des variétés de type ancien (populations  ou hybrides F1), selon de nombreux critères : vigueur, précocité, rendement, calibre, taux de 2ème choix, qualité visuelle et gustative

>> Présentation des variétés de type « ancien » de tomate sous abris

Variétés de tomate type rond et « ancien » en plein champ

Pour compléter les études sous abris, le Grab a évalué 17 variétés cultivées en plein champ à plat (variétés rondes “classiques” et de type ancien)

>> Essai variétal tomate plein champ à plat 2012

Variétés populations de tomate issues de semences paysannes

Dans le cadre du projet participatif Alcotra  piloté par le Grab, des variétés populations de tomates, sorties du Centre de Ressources Biologiques de Montfavet (84) et issues de semences paysannes. ont été testées, évaluées et caractérisées par des groupes de maraîchers et des partenaires du programme. Le réseau EDULIS a participé à l’étude de 13 variétés populations de tomates de type « ancien ».

>> Variétés populations de légumes adaptées au Sud-Est

Certaines d’entre elles ont été évaluées en 2014 dans le programme de recherche piloté par le Grab, InTerVaBio.

>> Essai variétal tomate en plein champ – InterVaBio

Conseil variétal annuel RefBio PACA

Le Grab actualise chaque année dans le bulletin RefBio PACA un conseil variétal à partir des préconisations en variétés de tomates classique, élaborées par l’APREL grâce à son réseau variétal et les observations en culture.

>> Conseil variétal tomate 2020

Protection de la culture

La gestion des bioagresseurs de la tomate fait appel à plusieurs méthodes de prévention et de protection. La Protection Biologique Intégrée (PBI) combine des mesures variées (prophylaxie, choix variétal, pratiques culturales, lutte biologique…) et a été travaillée dans le cas de la tomate sous abri, notamment dans la perspective de lutte contre Tuta absoluta. Elle n’exclut pas un recours à un traitement phytosanitaire si les mesures mises en place ne s’avèrent pas suffisantes pour assurer un maintien des bioagresseurs en dessous du seuil de nuisibilité.

Protection Biologique Intégrée de la tomate en sol sous abri

Le Grab a participé à l’élaboration d’une fiche ressource sur les bases de la PBI de la tomate sous abri, qui incluent des pratiques de :

  • prévention des risques d’attaques (entretien de l’environnement des cultures, choix du matériel végétal, pose de filets anti-insectes, introduction d’insectes auxiliaires, pratiques culturales favorisant une moindre sensibilité des plantes aux bioagresseurs),
  • surveillance des attaques (observation des plantes, suivi par piégeage),
  • intervention en cas de risque (apport d’insectes auxiliaires, piégeage et lutte mécanique, modification de pratiques culturales, application de produits phytopharmaceutiques).

 

Des auxiliaires ont été identifiés pour les principaux ravageurs aériens de la tomate sous abris en sol dans le Sud-est, et des préconisations concernant les maladies aériennes sont formulées en fin de ce document.

>> Fiche ressource : Protection Biologique Intégrée de la tomate

Protection contre Tuta absoluta

Dégât de Tuta absoluta sur fruit

Tuta absoluta, nouveau lépidoptère ravageur originaire d’Amérique du Sud, attaque les cultures de tomate en France depuis 2008, avec des pertes pouvant atteindre 100% de la récolte.

Piloté par l’ITAB et l’INRA, le projet TutaPI (CASDAR), a pour objectif de concevoir, d’évaluer et d’optimiser des stratégies de protection biologiques efficaces contre Tuta. Partenaire de l’expérimentation, le Grab a réalisé des essais et participé à l’élaboration d’une synthèse sur les stratégies de protections de tomates sous abri contre Tuta absoluta en AB et Protection Biologique Intégrée. Ce cahier technique propose des méthodes de protection (mesures préventives, techniques d’observation, utilisation de punaises mirides et de Trichogramma achaeae, traitements, piégeage, filets) et des éléments de stratégie pour orienter les producteurs et techniciens dans leurs décisions.

>> Cahier technique TutaPI : Stratégies de protection des cultures de tomates sous abri contre Tuta absoluta

Traitements utilisables en AB pour la protection de la tomate

En complément des mesures de PBI, des traitements phytosanitaires peuvent être envisagés. Ce document présente les traitements utilisables en agriculture biologique contre les bioagresseurs de la tomate :

  • Ravageurs et maladies du sol (nématodes, fusariose, verticilliose, corky root, Pythium, Phytophthora…)
  • Ravageurs aériens (acariens, acariose bronzée, chenilles défoliatrices et des fruits, aleurodes, thrips, pucerons, punaises, mineuses)
  • Maladies aériennes (oïdium, cladosporiose, mildiou, pourriture des fruits, bactérioses, virus)

>> Fiche protection de la tomate en AB – 2018

L’ITAB et l’INAO éditent également un

>> Guide des produits de protection des cultures utilisables en France en Agriculture Biologique

Protection contre le virus de la tomate

La protection des plantes contre les virus impose des mesures préventives essentielles : observation des plantes, repérage des foyers, éradication éventuelle des plantes très attaquées et traitements localisés.

Virus de la tomate

Le ToBRFV (virus du fruit rugueux brun de la tomate) est un nouveau virus émergent très virulent qui menace particulièrement la culture des tomates, piments et poivrons. Responsable de dégâts sur feuilles et sur fruits, il a un fort pouvoir de dissémination car il se transmet par simple contact (mains, outils, vêtement, insectes, eau d’irrigation…), de plante à plante et de semence à plante. Il survit pendant plusieurs mois sur des supports inertes, d’où la nécessité de mesures de précautions pour prévenir l’entrée du virus en France et l’éradiquer en cas d’introduction (Anses, 2020). Afin de lutter contre l’introduction du virus le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a conçu une fiche de recommandations, insistant sur les points suivants :

  • accorder une grande vigilance à l’importation de semences et plants, qui est probablement la première source d’introduction du virus
  • prendre des mesures pour éviter la transmission par les personnes
  • prendre des mesures pour éviter la transmission par le matériel
  • surveiller et détecter l’apparition de symptômes

>> Virus de la tomate ToBRFV – Recommandations du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (février 2020)

Un protocole sanitaire rédigé par l’APREL, la Chambre d’agriculture 13 et le DRAAF-SRAL PACA, complète ces mesures, en présentant notamment la marche à suivre pour surveiller et gérer un foyer de ToBRFV.

>> Protocole sanitaire prévention et lutte contre les maladies de la tomate transmises par contact (août 2019)

Pour plus de détails sur chaque variété, vous pouvez vous référez aux résultats d’essais annuels : Essai variétal tomate de type ancien 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005

Les résultats issus des travaux du Grab, qui s’est intéressé à l’étude de la présence de parasitoïdes autochtones ayant potentiellement une action régulatrice sur Tuta absoluta dans les exploitations du Sud-Est de la France, sont disponibles ici :

Tuta absoluta : recherche de parasitoïdes autochtones – 2012

Recherche de parasitoïdes de Tuta absoluta (CASDAR TutaPI) – 2011